L’usine à tourteaux du Vexin

 

Un incendie aurait définitivement mis fin à l’activité de cette usine, devenue peu rentable avec le temps. Si certaines machines sont tombées du troisième étage, d’autres semblent être prêtes à redémarrer.

Le passé de cette usine fantôme semble s’être évaporé. Les habitants du coin ne se souviennent pas l’avoir vu un jour en activité. Pourtant, l’entreprise a bien été à la pointe de la modernité à une époque. On y fabriquait des tourteaux, l’aliment pour le bétail fait de résidus de graines. Les grains, stockés dans le bâtiment le plus haut, étaient acheminés via la passerelle et traités industriellement de l’autre côté. On mélangeait de la mélasse de betteraves et des céréales, il en ressortait des petits cubes commercialisés sous la marque Totaliment. Tout était assez automatisé, les machines fonctionnaient à la vapeur et à l’électricité.

L’usine à été bâtie à la fin des années 1930. Longtemps, les villageois ont nommé Japville le hameau formé par l’usine et les habitations voisines, du nom de la société JAP (Jacques, Angèle, Paul) qui gérait l’usine. L’activité aurait perduré jusqu’au début des années 1980, d’après Yves du Petit Thouars.

Ce dernier ne désespère pas de voir un jour le site renaître. « Je recherche des investisseurs, déclare le propriétaire. J’ai déjà fait faire des avant-projets, le site serait idéal pour accueillir des entreprises artisanales ou une maison de retraite. Ce serait dommage de démolir tout ce patrimoine. »

 

51bis

03.bis

36bis

30bis

07bis

14bis

17bis

16bis

22.bis

41bis

26bis

50bis

68bis

03

22

26